-44%
Le deal à ne pas rater :
Baskets Nike Air Max 90 à moins de 80€ (du 38,5 au 47,5)
78.48 € 139.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller en bas

HannaH
HannaH
Admin
Admin
Voir les informations

Essais cliniques : quand la science recrute ses doublures Empty Essais cliniques : quand la science recrute ses doublures

Message par HannaH le Mer 08 Avr 2020, 18:27
Soigner ou punir, pourquoi choisir ?
L’idée n’a pas choqué ce microbiologiste parce qu’elle est banale : la délocalisation des essais cliniques, notamment en Afrique, et/ou sur des prostituées, relève au fond d’une pratique ordinaire de la recherche médicale. Mais elle a heurté de nombreux spectateurs parce qu’elle embarque tout un chapelet de représentations qui ne ressortent pas seulement de l’histoire de la médecine mais aussi de l’histoire sociale et de l’histoire coloniale. Car l’histoire des essais cliniques est l’histoire d’un rapport de pouvoir, et plus précisément d’un rapport profondément inégalitaire. Longtemps, c’est sur cette inégalité-là que s’est juché le progrès scientifique. A bien des égards, c’est toujours vrai.

L’exemple des prostituées (celles qui “ne se protègent pas”), que prend le médecin sur LCI, ne vient pas de nulle part : dans l’histoire de la médecine clinique, de nombreuses expérimentations ont été pratiquées sur les travailleuses du sexe. Et souvent, de façon coercitive. Leur marginalité par rapport à la société y a souvent été pour beaucoup, au XIXe siècle, à une époque où justement l’expérimentation médicale se stabilisait. Ces femmes n’étaient pourtant pas hors la loi : ni le tout premier code pénal français (qu’on doit aux révolutionnaires, en 1791), ni celui de 1810 (qui restera en vigueur jusqu’en 1994), n’interdiront la prostitution, qui d’ailleurs est aussi pratiquée de façon ordinaire par les femmes de classes populaires, mariées ou non. Mais même si on appelait ça “le cinquième quart”, c’est-à-dire, celui qui met du beurre dans les épinards et souvent sauve le ménage de la misère, la pratique est stigmatisée par les autorités en dépit de ce que l’historienne Clyde Plumauzille appellera une “dépénalisation silencieuse”. Et c’est depuis ce stigmate-là, et aussi parce qu’elles peuvent propager les maladies, qu’on décidera régulièrement de tester sur elles des remèdes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut

Vous devez être membre pour participer au forum

Inscrivez-vous ou connectez-vous !

Nous rejoindre

Inscrivez-vous pour participer au forum !


Nous rejoindre

Connexion

Vous êtes membre du forum, cliquez ici pour vous connecter.


Connexion
-